7 déc. 2017

lumineuses...




Ciel
Gris et défait
Cherche
Soleil triomphant
Pour coloration
Lumineuse


L’écureuil et la feuille

Un écureuil, sur la bruyère,
Se lave avec de la lumière.
Une feuille morte descend,
Doucement portée par le vent.

Et le vent balance la feuille
Juste au-dessus de l’écureuil ;

Le vent attend, pour la poser
Légèrement sur la bruyère,

Que l’écureuil soit remonté
Sur le chêne de la clairière

Où il aime à se balancer
Comme une feuille de lumière.

Maurice CARÊME (1899-1978)

envoyé par Miss Yves 



"et que j'aime ô saison que j'aime tes rumeurs
les fruits tombant sans qu'on les cueille
le vent et la forêt qui pleurent
toutes leurs larmes en automne feuille à feuille
les feuilles
qu'on foule
un train qui roule
la vie s'écoule "

Guillaume Apollinaire (Alcools,1913) 

envoyé par Amichel 






Feuille rousse, feuille folle,
Tourne, tourne, tourne et vole!
Tu voltiges
au vent léger
Comme un oiseau apeuré. (...)
Luce Fillol


envoyé par Marie-Paule 



Laisser glisser les mots enrubannés de brume
Du fin fond de l'hiver et si loin du printemps
S'écouler en frissons les notes une à une
S'enrouler tendrement les comptines d'antan
Qui parlaient de bonheur

Regarder chaque rime aux couleurs pimentées
Fermer les yeux tandis que le piano roucoule
Petits refrains venez chaque jour visiter
Nos jardins défleuris tandis que je déroule
Le journal de mon coeur

Je suis tellement bien dans cette grosse bulle
Entre deux blancs nuages sous un ciel de légende
Qui nous emporte loin comme des funambules
Les paupières scellées soudain je me demande
A quoi sert d’avoir peur ?

Marine D



 Jaune, étincelante,
au beau milieu de la ronde,
une feuille d'or, dort.

Tilia





L’automne, virgule
Une feuille, virgule,
………………………puis une autre et encore une autre
points en suspension, au temps
des frêles lampions…………………….
les feuilles en harmonie
Sont doux traits de lumière.
Peu à peu, fenêtres sur feuilles
Se créent, s’agrandissent. Points
Deviennent portes, deviennent isthmes
Entre deux saisons.
Dansent les feuilles, face automne, face hiver
Subliment leurs nervures, aspirent leurs pigments.
Les belles virgules au bout de la branche
De souples à craquantes s’en vont en lampions
Filent, défilent. Demain, si tu les touches
……………………………………seront poussière.

Maïté L


34 commentaires:

  1. Et quelle coloration!
    La transparence aussi...si beau, merci Fifi

    RépondreSupprimer
  2. Coucou Fifi. Tu as attrapé toute la lumière qu'il fallait. Que c'est beau l'automne, il me manque déjà.
    Au fait, mon site est à nouveau ouvert au public

    RépondreSupprimer
  3. Feuille rousse, feuille folle,
    Tourne, tourne, tourne et vole!
    Tu voltiges
    au vent léger
    Comme un oiseau apeuré. (...)
    Luce Fillol
    Bonne soirée Fifi!

    RépondreSupprimer
  4. Quelles merveilles ces feuilles d'or! Même dans la vieillesse de leur existence, elles savent prendre la pose et jouer aux coquettes. Merci Fifi pour ce moment de magie. Bises alpines.

    RépondreSupprimer
  5. Comme une danse ultime avant de disparaître
    Amicalement

    RépondreSupprimer
  6. Très joli et comme le dit si bien Olivier LUMINEUSE de vrai merveilles .
    Merci .
    Bonne soirée .
    Amicalement .
    Renée (mamiekéké).

    RépondreSupprimer
  7. Que c'est beau ces feuilles qui tiennent bon sous la douce lumière. C'est merveilleux.
    Bisous chère Fifi ♥

    RépondreSupprimer
  8. L’écureuil et la feuille

    Un écureuil, sur la bruyère,
    Se lave avec de la lumière.
    Une feuille morte descend,
    Doucement portée par le vent.

    Et le vent balance la feuille
    Juste au-dessus de l’écureuil ;

    Le vent attend, pour la poser
    Légèrement sur la bruyère,

    Que l’écureuil soit remonté
    Sur le chêne de la clairière

    Où il aime à se balancer
    Comme une feuille de lumière.

    Maurice CARÊME (1899-1978)

    RépondreSupprimer
  9. De belles rescapées Fifi... magnifiques... qui ont évité le grand froid.
    Bisou.
    Den

    RépondreSupprimer
  10. Ah oui, c'est très beau. Bravo de savoir regarder la nature ainsi.

    RépondreSupprimer
  11. toutes ces guirlandes dorées orneront ton vert sapin !

    RépondreSupprimer
  12. Ta feuille si joliment habillée de lumière me fait penser à ces frissons de bonheur écrit en 2010 Fifi !

    Laisser glisser les mots enrubannés de brume
    Du fin fond de l'hiver et si loin du printemps
    S'écouler en frissons les notes une à une
    S'enrouler tendrement les comptines d'antan
    Qui parlaient de bonheur

    Regarder chaque rime aux couleurs pimentées
    Fermer les yeux tandis que le piano roucoule
    Petits refrains venez chaque jour visiter
    Nos jardins défleuris tandis que je déroule
    Le journal de mon coeur

    Je suis tellement bien dans cette grosse bulle
    Entre deux blancs nuages sous un ciel de légende
    Qui nous emporte loin comme des funambules
    Les paupières scellées soudain je me demande
    A quoi sert d’avoir peur ?

    Marine D

    Zoubis de Zoupie Fifi






    RépondreSupprimer
  13. Excuses ce sont tes feuilles, j'ai écrit trop vite, j'aime ces photos , il reste encore des feuilles rousses sur les chênes, même si pour l'Herbier j'ai parlé de l'arbre dénudé !
    Je t'embrasse Fifi

    RépondreSupprimer
  14. Tes photos sont très belles et les textes collent bien à ces feuilles.
    Bises

    RépondreSupprimer
  15. Belles et lumineuses comme de joyeuses grand-mères pleines de vie, les feuilles sèches se rient des rides et se cramponnent aux branches.

    Jaune, étincelante,
    au beau milieu de la ronde,
    une feuille d'or, dort.


    Encore une belle capture Fifi, bravo ! et merci pour Evelyne Charasse.
    Bises, quasi hivernales (mais avec de petites étincelles de chaleur dedans ;-))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Tilia pour ton poème et tes bises avec étincelles !!

      Supprimer
  16. "Belles et lumineuses comme de joyeuses grand-mères pleines de vie, les feuilles sèches se rient des rides et se cramponnent aux branches." ♥♥♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. en totale accord avec vous dame Fifi et avec ledit Dédé !! le gris des cheveux, le fripé de la peau et, cette lueur qui semble dire l'urgence du bonheur : on rencontre ça et là de ces belles vieilles dames coquines qui vous mettent la lumière à l'âme !! mille bravos pour cette photo aux couleurs de chair et d'or.......

      Supprimer
    2. "ledit Dédé" est une fille, dame louve, une jeunette pas grisée ni ridée je pense. Je ne l'ai jamais vue mais je le sais :-))
      Le soleil m'a fait sortir mon appareil et c'est vrai qu'elles sont touchantes ces fripées, trouées que la lumière fait encore danser.
      Je vous embrasse !

      Supprimer
  17. Lumineuse et craquante
    En chêne moi !


    Pensées douces et fidèles à Fifi, sur le fil choisi ...

    RépondreSupprimer
  18. Qu'elles sont belles sous cette douce lumière ! :-)

    RépondreSupprimer
  19. Deux belles images, lumières et couleurs superbe !

    RépondreSupprimer
  20. L’automne, virgule
    Une feuille, virgule,
    ………………………puis une autre et encore une autre
    points en suspension, au temps
    des frêles lampions…………………….
    les feuilles en harmonie
    Sont doux traits de lumière.
    Peu à peu, fenêtres sur feuilles
    Se créent, s’agrandissent. Points
    Deviennent portes, deviennent isthmes
    Entre deux saisons.
    Dansent les feuilles, face automne, face hiver
    Subliment leurs nervures, aspirent leurs pigments.
    Les belles virgules au bout de la branche
    De souples à craquantes s’en vont en lampions
    Filent, défilent. Demain, si tu les touches
    ……………………………………seront poussière.

    RépondreSupprimer
  21. Vite les filles, vous êtes encore cette année, les dernières à vous envoler ! L'hiver arrive à grands pas...
    Est-ce l'homme qui tient un balais ou un souffleur (soyons moderne !) qui les appelle ?

    RépondreSupprimer
  22. Si belles dans la lumière d'automne...

    RépondreSupprimer
  23. "et que j'aime ô saison que j'aime tes rumeurs
    les fruits tombant sans qu'on les cueille
    le vent et la forêt qui pleurent
    toutes leurs larmes en automne feuille à feuille
    les feuilles
    qu'on foule
    un train qui roule
    la vie s'écoule "

    Guillaume Apollinaire (Alcools,1913)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Beauté et tristesse des "feuilles qu'on foule", du "train qui roule", de la vie qui "s'écoule".
      Nous sommes des passants qui regardons passer les saisons.
      Profitons de leur beauté, Amichel ! Et de la lumière qui traversent les feuilles trouées et les êtres imparfaits que nous sommes :-)
      Merci ! Merci !

      Supprimer
  24. " Des feuilles qu' on foule ...train qui roule ..vie qui s' écoule ..;"
    Avec Apolinaire tu célèbres de bien belle façon les derniers jours de l' automne ...
    Demain sera hiver ..espérons le lumineux et plein de promesses ...
    Comme j' aimerais être en Alsace pour respirer le parfum des sapins sous la neige ... :-)
    Schmutz ma Fifi

    RépondreSupprimer
  25. "la lumière qui traverse les feuilles trouées et les êtres imparfaits que nous sommes"
    laisser la lumière danser en nous, l'accueillir, nous laisser transformer...
    tes photos et ta phrase me vont droit au cœur.
    Bisous, Fifi !

    RépondreSupprimer
  26. Beaucoup de douceur et une très belle lumière ici

    RépondreSupprimer

Archives du blog