13 nov. 2017

tapisser...



Une vie individuelle est un fil de la tapisserie et qu'est ce qu'un fil en comparaison de l'ensemble"
Isaac Asimov


 Dans les forêts dépouillées,
Déjà les feuilles rouillées
Font un tapis de velours.
Et l'on entend, de l'automne
Gémir le chant monotone,
Coupé par des sanglots lourds.
Jean RICHEPIN

envoyé par Enitram



Pas à pas le vent
vif effrite un patchwork d’or
adieu Pénélope


Musique douce des pas sur ce tapis là qui couvre/couve herbes et mousses
Solilouve


 Tapisse-moi le cœur
J'en ai tellement besoin
De tes feuilles d'or et
Petit petit matin ...

Véronica B 


 Cueillir des yeux
l'or de la rue
Cueillir en amoureux
l'or des talus

Thérèse 





c’est un tapis où le pas glisse
c’est un tapis de haute lice
que l’automne
nous donne
feuilles incendiées
feuilles rouillées
d’arbres déshabillés
par le vent
par l’ usure
des morsures
du temps

c’est un tapis où le pas glisse
c’est un tapis de haute lice
aux trames mordorées
vin et soleil mêlés
étoffes végétales
douceurs létales
de vives flammes
d’éclatantes gammes
dont l’âme
s’enchante
mélancolie ,andante

c’est un chemin où les pas crissent
sur un tapis de haute lice

Amichel 


 " Automne : le papier à fleurs du jardin se décolle .Les abeilles noires tombent comme des mouches . IL vente . 
Mon bel été se déplume ... "
J.M Maulpoix

envoyé par Mathilde




31 commentaires:

  1. Superbe tableau!
    Dire que parfois on marche dessus sans le remarquer...
    Merci belle dame, bonne journée.

    RépondreSupprimer
  2. Chaque automne Pénélope tisse un tapis d'or

    RépondreSupprimer
  3. Coucou Fifi. Dommage que ce genre de tapis soit périssable car il est si beau. C'est un vrai bonheur les photos d'automne, j'adore et merci de partager ces ambres, cuivres et ors avec nous.

    RépondreSupprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  5. Tapisserie: anagramme de
    épisserais

    Episser:
    « Relier (un bout de cordage à un autre) en entrelaçant les torons.
    Épisser un câble, une manœuvre.
    Une centaine de femmes, de toutes conditions et de tous âges épissaient des cordes ou effilaient des monceaux de vieille toile « (Morand, Flagell. Séville,1951, p. 98).

    RépondreSupprimer
  6. Pas à pas le vent
    vif effrite un patchwork d’or
    adieu Pénélope

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai rajouté un peu "d'or" :-)
      Merci Miss !

      Supprimer
    2. En saturant les couleurs ?Hommage à l'automne.

      Supprimer
    3. Non. Deux images prises à des endroits différents et la deuxième par beau soleil.

      Supprimer
    4. Ah! très bien, c’est un bel effet naturel !

      Supprimer
  7. Bonjour Fifi, ta photo est merveilleuse, la couleur des feuilles est comme le miel.
    Tu as raison, tapis de feuilles chez toi et chemin de feuilles chez moi :-)
    Gros bisous ♥

    RépondreSupprimer
  8. Deux belles photographies qui donnent envie de prendre un bain de feuilles mortes !

    RépondreSupprimer
  9. Quel beau tapis !
    Superbe :-)

    Douce semaine.

    RépondreSupprimer
  10. musique douce des pas sur ce tapis-là qui couvre/couve herbes et mousses...

    RépondreSupprimer
  11. Magnifique tapis effeuillé !
    merci Fifi.
    Douce soirée à toi.
    Den

    RépondreSupprimer
  12. Dans les forêts dépouillées,
    Déjà les feuilles rouillées
    Font un tapis de velours.
    Et l'on entend, de l'automne
    Gémir le chant monotone,
    Coupé par des sanglots lourds.
    Jean RICHEPIN

    RépondreSupprimer
  13. Tapisse-moi le cœur
    J'en ai tellement besoin
    De tes feuilles d'or et
    Petit petit matin ...


    Douce pensée pour Fifi ...

    RépondreSupprimer
  14. Des tableaux qui valent bien des expositions.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je trouve aussi. Les artistes s'inspirent beaucoup de la nature je pense.

      Supprimer
  15. Cueillir des yeux
    l'or de la rue
    Cueillir en amoureux
    l'or des talus

    RépondreSupprimer
  16. Pour les arbres le printemps reviendra! Pas pour ces malheureuses feuilles!
    Mais elles s'évanouissent au sommet de leur magnificence!
    Douce soirée Fifi!

    RépondreSupprimer
  17. c’est un tapis où le pas glisse
    c’est un tapis de haute lice
    que l’automne
    nous donne
    feuilles incendiées
    feuilles rouillées
    d’arbres déshabillés
    par le vent
    par l’ usure
    des morsures
    du temps

    c’est un tapis où le pas glisse
    c’est un tapis de haute lice
    aux trames mordorées
    vin et soleil mêlés
    étoffes végétales
    douceurs létales
    de vives flammes
    d’éclatantes gammes
    dont l’âme
    s’enchante
    mélancolie ,andante

    c’est un chemin où les pas crissent
    sur un tapis de haute lice

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Amichel, que je suis contente de retrouver votre plume poétique !
      Je me suis précipité pour mieux comprendre le terme technique de "haute lice" qui se glisse si joliment dans le texte pour honorer les "tapis" d'automne que la nature nous offre.
      Merci à vous !!

      Supprimer
  18. que de feuilles....
    suis de corvée par ici...feuilles de vigne...un sac plein en moins de 2
    bonne soirée...
    je reviens de chez Mathilde

    RépondreSupprimer
  19. Quelle richesse que ce tapis de feuilles d'or. Superbe ma chère Fifi. Ici, les feuilles sont maintenant recouvertes de neige. J'apprécie aussi la poésie de tes lecteurs! Un beau billet comme je les aime. Bises alpines et enneigées.

    RépondreSupprimer
  20. je me demandais ce que tu deviens...
    Maintenant je sais : tu comptes, enfin tu essaies de compter, les feuilles à tes pieds.
    Eh bé tu n'es pas sortie de l'auberge. Tu veux que je te prête une calculette, ou un boulier ? ;-)
    Et après les feuilles, tu compteras les étoiles, c'est ça ?
    bisous (autant qu'il y a de feuilles)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Viens me donner un coup de main pour les ramasser :-)

      Supprimer
  21. Les feuilles mortes se ramassent à la pelle, tu vois je n'ai pas oublié, les feuilles mortes se ramassent à la pelle, les souvenirs et les regrets aussi...
    Comment ne pas y penser ?
    Ta photo est lumineuse Fifi, je croyais être passée par ici...
    Zoubis

    RépondreSupprimer
  22. " Automne : le papier à fleurs du jardin se décolle .Les abeilles noires tombent comme des mouches . IL vente . Mon bel été se déplume ... "
    Maulpoix
    Comme toi , j' adore cette saison
    Shmoutzele ma Fifi

    RépondreSupprimer

Archives du blog