19 déc. 2016

"la fenêtre..."



La fenêtre
Pour les autres, pour les passants
tu es simplement la fenêtre
Pour moi qui t'aime du dedans
tu es ma plus profonde fête

Celle qui accroît le regard
et limite chaque nuage
la gardienne du paysage
où je viens me perdre le soir

J'ai le monde sous mes paupières 
mon front à ta vitre appuyé
et tu es glissante lisière 
sur le bord de l'illimité

Reste ma soeur très patiente
fais-moi l'aumône d'un oiseau
redis-moi les paroles lentes
de cet horizon sans défaut.

Et posée entre ciel et terre
Sois ce chemin aérien
près duquel doucement je viens
apaiser ma faim de lumière




Celui qui regarde du dehors à travers une fenêtre ouverte, ne voit jamais autant de choses que celui qui regarde une fenêtre fermée. Il n’est pas d’objet plus profond, plus mystérieux, plus fécond, plus ténébreux, plus éblouissant qu’une fenêtre éclairée d’une chandelle. Ce qu’on peut voir au soleil est toujours moins intéressant que ce qui se passe derrière une vitre. Dans ce trou noir ou lumineux vit la vie, rêve la vie, souffre la vie.
Par delà des vagues de toits, j’aperçois une femme mûre, ridée déjà, pauvre, toujours penchée sur quelque chose, et qui ne sort jamais. Avec son visage, avec son vêtement, avec son geste, avec presque rien, j’ai refait l’histoire de cette femme, ou plutôt sa légende, et quelquefois je me la raconte à moi-même en pleurant.
Si c’eût été un pauvre vieil homme, j’aurais refait la sienne tout aussi aisément.
Et je me couche, fier d’avoir vécu et souffert dans d’autres que moi-même.
Peut-être me direz-vous : « Es-tu sûr que cette légende soit la vraie ? » Qu’importe ce que peut être la réalité placée hors de moi, si elle m’a aidé à vivre, à sentir que je suis et ce que je suis ?

Charles Baudelaire - Le Spleen de Paris

envoyé par Josette



Les fenêtres murmurent
Quand tombent en chevelure
Les pluies de la froidure
Jacques Brel 



"Le visage de ceux qu'on n'aime pas encor
Apparaît quelquefois aux fenêtres des rêves,
Et va s'illuminant sur de pâles décors
Dans un argentement de lune qui se lève".

Les rêves de Anna de Bracovan, 

Comtesse de Noailles
Envoyé par Den 



    FENÊTRES

Fenêtres
      Alignées
         Obsession
Fenêtres
      Non-alignées
         Désir d’évasion…

   Fenêtres à cloche-pied
   Fenêtres
   A chaque palier
   Fenêtres
   Aux yeux levés
   Fenêtres
   De tous côtés
   Fenêtres
   Sans soleil
   Fenêtres
   Au réveil
   Fenêtres
   Tôt éteintes
   Fenêtres
   En demi-teintes
   Fenêtres
   Aux volets clos
   Fenêtres
   Aux cils pâlots
   Fenêtres
   Je vous dessine
   Fenêtres
   De bonnes mines
   Fenêtres
   A l’œil malin

   Mal disposées
   Dans le matin
   Fenêtres
   Au rire gai
   Chassé-croisé
   En escalier
   De paradis
   Que je franchis
   Où je bondis
   Regard léger
  
   Fenêtres
   Pour refuser
   D’en étouffer
   Fenêtres
   Redessinées
   Eclaboussées
   Eparpillées

   Fenêtres
   Dépareillées
   Fenêtres
   Pour m’éclairer…
   Fenêtres
   Pour s’envoler.

© marine Dussarrat


35 commentaires:

  1. Belle préparation de fêtes !
    Et Heureux Noël à vous tous qui passez par là !!

    RépondreSupprimer
  2. C'est magnifique! Cette fenêtre semble suspendue dans l'air, dans les bulles. Quelle ravissante photo et le poème l'accompagne à merveille.
    Merci pour tes voeux chère Fifi et à mon tour de te souhaiter un joyeux Noël avec les tiens. De jolies fêtes très douces.
    Gros bisous ♥

    RépondreSupprimer
  3. Merveilleuse fenêtre sur les autres, vers soi aussi!
    Lumières et chaleur. Excellentes fêtes Fifi!

    RépondreSupprimer
  4. Celui qui regarde du dehors à travers une fenêtre ouverte, ne voit jamais autant de choses que celui qui regarde une fenêtre fermée. Il n’est pas d’objet plus profond, plus mystérieux, plus fécond, plus ténébreux, plus éblouissant qu’une fenêtre éclairée d’une chandelle. Ce qu’on peut voir au soleil est toujours moins intéressant que ce qui se passe derrière une vitre. Dans ce trou noir ou lumineux vit la vie, rêve la vie, souffre la vie.
    Par delà des vagues de toits, j’aperçois une femme mûre, ridée déjà, pauvre, toujours penchée sur quelque chose, et qui ne sort jamais. Avec son visage, avec son vêtement, avec son geste, avec presque rien, j’ai refait l’histoire de cette femme, ou plutôt sa légende, et quelquefois je me la raconte à moi-même en pleurant.
    Si c’eût été un pauvre vieil homme, j’aurais refait la sienne tout aussi aisément.
    Et je me couche, fier d’avoir vécu et souffert dans d’autres que moi-même.
    Peut-être me direz-vous : « Es-tu sûr que cette légende soit la vraie ? » Qu’importe ce que peut être la réalité placée hors de moi, si elle m’a aidé à vivre, à sentir que je suis et ce que je suis ?

    Charles Baudelaire - Le Spleen de Paris

    RépondreSupprimer
  5. La fenêtre a mis ses barreaux de fête pour la Noël!!
    De belles fêtes à toi aussi Fifi!

    RépondreSupprimer
  6. 😊 merci, à toi aussi!
    Ta photo de fenêtre semble aérienne : magique, et les enfants qui patinent dans la nuit annoncent si joliment les fêtes de fin d'année!
    Belle dècouverte que cette poétesse belge!

    RépondreSupprimer
  7. Oui on imagine très bien un oiseau derrière la fenêtre comme dans le poème.
    Joyeuses fêtes à toi et à ta famille. Place au bonheur du partage.

    RépondreSupprimer
  8. Belle découverte, cette ode à la sage fenêtre du logis. Je ne connaissais pas cette poétesse, ses paroles rafraîchissantes coulent de source.
    Dans un genre plus mordant, j'aime aussi le long poème composé par Jacques Brel pour sa chanson Les fenêtres, dont l'extrait ci-dessous semble s'accorder avec les grosses gouttes mêlées de dodus flocons qui tombent devant les fenêtres toutes de bleu vêtues :

    Les fenêtres murmurent
    Quand tombent en chevelure
    Les pluies de la froidure


    Dans l'attente du bonhomme Hiver qui arrive à grands pas, je t'embrasse chaleureusement chère Fifi, en te souhaitant de belles et douces fêtes de Noël parmi les tiens.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme toujours tu sais trouver le texte qui sied à l'image ♥

      Supprimer
    2. Merci pour le compliment, Fifi.
      Den aussi a une fameuse mémoire des textes, sa citation de la Comtesse de Noailles cadre bien avec le don de double vue de Claude !

      Supprimer
    3. Oui, je trouve bien jolis et touchantes ces coïncidences.

      Supprimer
  9. J'aime particulièrement cette première photo qui donne vraiment l'impression d'une fenêtre suspendue dans le temps et dans l'espace. C'est marrant, je suis en train de rédiger un petit texte pour mon prochain post et je parle justement d'une fenêtre derrière laquelle je contemplais enfant... Mais cela, c'est une autre histoire.

    Quant aux enfants qui patinent, cela me rappelle de doux souvenirs d'enfance lorsque je chaussais mes patins en compagnie de mon frère et que nous faisions des matchs de hockey avec ses amis. C'est un temps révolu mais qu'il est bon de se remettre en mémoire. Belle semaine fifi!

    RépondreSupprimer
  10. Une fenêtre emprisonnée de lumières de fêtes.
    J'aime beaucoup le poème et le texte de Baudelaire.
    C'est un truc à me faire regarder une fenêtre d'une autre façon.
    Cela me rappelle quelque chose qui reste toujours un mystère pour moi.
    Quand, dans ma première vie, j'allais au Mans avec mon ex, je regardais toujours une fenêtre du dernier étage d'un immeuble sans savoir ce qu'était cet immeuble.
    Comment te dire la suite....
    C'était un foyer de jeunes travailleurs et une des pièces du dernier étage était occupée par un tout jeune ébéniste, CAP en poche, qui avait trouvé un job chez un fabricant de piano, si tu vois de qui je veux parler. Etrange, non !
    Bises

    RépondreSupprimer
  11. J'aime cette poésie elle est magnifique, le texte de Baudelaire également.
    A notre fenêtre comme Georges Brassens qui voyait passer ses belles, chacun projette ses rêves, il faudra que je cherche un de mes textes qui parlait de fenêtre, dans les limbes de mon ordinateur !!! Mais là je vois le romantisme des fêtes de Noël, ses lumières, et c'est tout autre chose ! Les rêves aident à vivre alors ils sont très importants !
    Gros bisous Fifi , très heureuses fêtes, schmout-schoumoutzees

    RépondreSupprimer
  12. "Le visage de ceux qu'on n'aime pas encor
    Apparaît quelquefois aux fenêtres des rêves,
    Et va s'illuminant sur de pâles décors
    Dans un argentement de lune qui se lève".

    Les rêves de Anna de Bracovan, Comtesse de Noailles

    Merci Fifi... gros bisous à toi, et bon bout d'an.
    Den

    RépondreSupprimer
  13. Un poème qui tombe à pic avec mon histoire. Merci !
    Est ce le hasard qui me faisait regarder toujours le haut de cet immeuble, un hasard qui se répétait à chaque fois, ou est-ce tout autre quelque chose, mystère !
    Bises

    RépondreSupprimer
  14. Bonjour , chers amis blogueurs, bonjour chère Fifi !
    Désolée de ne pas avoir publié depuis X temps tous vos /tes commentaires, dont je vous /te remercie vivement.
    Leur mode de visibilité a changé, je m'étonnais de ne plus rien "recevoir", j'ai compris ce matin où les trouver, j'y répondrai progressivement .
    Bonnes (préparations " ) de fêtes de fin d'année.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais remarqué que les commentaires ne s'affichaient plus. Pas grave si tu les as retrouvés :-)

      Supprimer
  15. Deux très belles images accompagnées de beaux textes et poésies qui illustrent bien le temps de Noel.
    Bravo à toi.

    RépondreSupprimer
  16. FIFI BONSOIR elle est si douce ta fenêtre et que ce poème est beau*
    Je vois un oiseau si joyeux* il va surement apporté de l'espoir à toutes les personnes dans l'attente
    je t'embrasse fort et joyeuses fêtes à toi FIFI et à toute ta famille

    RépondreSupprimer
  17. nuit bleue et or, dedans et dehors...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Contente que le commentaire s'affiche :-)
      Bises pour un Joyeux Noël !

      Supprimer
  18. Des mots que j'aime beaucoup, beaucoup !
    Et si joliment illustrés.

    Douces fêtes :-)

    RépondreSupprimer
  19. j'espère que tu as passé une belle fête.........
    et au cas où....bonne année...

    RépondreSupprimer
  20. J'y ai repensé ce matin en revoyant ta fenêtre sur FB
    Les voici mes Fenêtres !


     
     
      FENETRES
     
     
    Fenêtres
          Alignées
             Obsession
    Fenêtres
          Non-alignées
             Désir d’évasion…
     

       Fenêtres à cloche-pied
       Fenêtres
       A chaque palier
       Fenêtres
       Aux yeux levés
       Fenêtres
       De tous côtés
       Fenêtres
       Sans soleil
       Fenêtres
       Au réveil
       Fenêtres
       Tôt éteintes
       Fenêtres
       En demi-teintes
       Fenêtres
       Aux volets clos
       Fenêtres
       Aux cils pâlots
       Fenêtres
       Je vous dessine
       Fenêtres
       De bonnes mines
       Fenêtres
       A l’œil malin



       Mal disposées
       Dans le matin
       Fenêtres
       Au rire gai
       Chassé-croisé
       En escalier
       De paradis
       Que je franchis
       Où je bondis
       Regard léger
      
     
       Fenêtres
       Pour refuser
       D’en étouffer
       Fenêtres
       Redessinées
       Eclaboussées
       Eparpillées
     
     
       Fenêtres
       Dépareillées
       Fenêtres
       Pour m’éclairer…
       Fenêtres
       Pour s’envoler.
     

    © marine Dussarrat

    RépondreSupprimer
  21. Merci pour tes fenêtres aux multiples couleurs, pour ta poésie toujours féconde et lumineuse !

    RépondreSupprimer
  22. Merci à Josette pour ce beau texte de Baudelaire et sa philosophie, Mine Derrien m'en avait écrit le début lorsque j'avais montré une fenêtre avec des rideaux...
    On a l'impression que ces illuminations de Noël rebondissent et enflent sur les façades comme de petites fusées d'artifice, comme de petits rires en quelque sorte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'imagine que tu as passé un heureux temps de Noël et que les fêtes ne sont pas encore terminées pour vous ! Profite en un maximum, j'avoue pour ma part être très contente de retrouver un peu de temps pour nous deux

      Supprimer
  23. Très bel envoi. Merci J'apprécie plus particulièrement tes poètes qui tu as si bien inspirés par le thème de la fenêtre. Au passage: j'ai aussi ouvert la fenêtre sur Le Chemin des Grands Jardins , fermée depuis de long mois avec le plaisir de t'associer à une dédicace accompagnant une création land art. Belle année à tous tes invités et à toi, chère Fifi.
    Je t'embrasse.

    Roger

    RépondreSupprimer
  24. "Et posée entre ciel et terre / Sois ce chemin aérien / près duquel doucement je viens / apaiser ma faim de lumière" :
    merci, Fifi, pour ces beaux vers. Ceux d'AM Kegels que je reprends correspondent parfaitement à l'atmosphère hivernale, ce matin. La lumière est si belle sur les toits blancs, le givre, que je ne cesse de lever les yeux vers le ciel à la fenêtre.

    RépondreSupprimer
  25. Quel beau thème aussi que celui de la fenêtre, en poésie, en rêve, dans l'art en général.Ne serait-ce qu'une fenêtre sur cour nous fait rêver.
    La fenêtre
    "Pour les autres, pour les passants
    tu es simplement la fenêtre
    Pour moi qui t'aime du dedans
    tu es ma plus profonde fête"
    Rien qu'avec ces vers, tu me fais rêver!
    Il fait bon chez toi...

    RépondreSupprimer

Archives du blog