31 déc. 2016

lumières...


 
Bonne et Heureuse Année à vous tous !

"L'obscurité ne peut pas chasser l'obscurité; seule la lumière le peut."
Martin Luther King 

 

19 déc. 2016

"la fenêtre..."



La fenêtre
Pour les autres, pour les passants
tu es simplement la fenêtre
Pour moi qui t'aime du dedans
tu es ma plus profonde fête

Celle qui accroît le regard
et limite chaque nuage
la gardienne du paysage
où je viens me perdre le soir

J'ai le monde sous mes paupières 
mon front à ta vitre appuyé
et tu es glissante lisière 
sur le bord de l'illimité

Reste ma soeur très patiente
fais-moi l'aumône d'un oiseau
redis-moi les paroles lentes
de cet horizon sans défaut.

Et posée entre ciel et terre
Sois ce chemin aérien
près duquel doucement je viens
apaiser ma faim de lumière




Celui qui regarde du dehors à travers une fenêtre ouverte, ne voit jamais autant de choses que celui qui regarde une fenêtre fermée. Il n’est pas d’objet plus profond, plus mystérieux, plus fécond, plus ténébreux, plus éblouissant qu’une fenêtre éclairée d’une chandelle. Ce qu’on peut voir au soleil est toujours moins intéressant que ce qui se passe derrière une vitre. Dans ce trou noir ou lumineux vit la vie, rêve la vie, souffre la vie.
Par delà des vagues de toits, j’aperçois une femme mûre, ridée déjà, pauvre, toujours penchée sur quelque chose, et qui ne sort jamais. Avec son visage, avec son vêtement, avec son geste, avec presque rien, j’ai refait l’histoire de cette femme, ou plutôt sa légende, et quelquefois je me la raconte à moi-même en pleurant.
Si c’eût été un pauvre vieil homme, j’aurais refait la sienne tout aussi aisément.
Et je me couche, fier d’avoir vécu et souffert dans d’autres que moi-même.
Peut-être me direz-vous : « Es-tu sûr que cette légende soit la vraie ? » Qu’importe ce que peut être la réalité placée hors de moi, si elle m’a aidé à vivre, à sentir que je suis et ce que je suis ?

Charles Baudelaire - Le Spleen de Paris

envoyé par Josette



Les fenêtres murmurent
Quand tombent en chevelure
Les pluies de la froidure
Jacques Brel 



"Le visage de ceux qu'on n'aime pas encor
Apparaît quelquefois aux fenêtres des rêves,
Et va s'illuminant sur de pâles décors
Dans un argentement de lune qui se lève".

Les rêves de Anna de Bracovan, 

Comtesse de Noailles
Envoyé par Den 



    FENÊTRES

Fenêtres
      Alignées
         Obsession
Fenêtres
      Non-alignées
         Désir d’évasion…

   Fenêtres à cloche-pied
   Fenêtres
   A chaque palier
   Fenêtres
   Aux yeux levés
   Fenêtres
   De tous côtés
   Fenêtres
   Sans soleil
   Fenêtres
   Au réveil
   Fenêtres
   Tôt éteintes
   Fenêtres
   En demi-teintes
   Fenêtres
   Aux volets clos
   Fenêtres
   Aux cils pâlots
   Fenêtres
   Je vous dessine
   Fenêtres
   De bonnes mines
   Fenêtres
   A l’œil malin

   Mal disposées
   Dans le matin
   Fenêtres
   Au rire gai
   Chassé-croisé
   En escalier
   De paradis
   Que je franchis
   Où je bondis
   Regard léger
  
   Fenêtres
   Pour refuser
   D’en étouffer
   Fenêtres
   Redessinées
   Eclaboussées
   Eparpillées

   Fenêtres
   Dépareillées
   Fenêtres
   Pour m’éclairer…
   Fenêtres
   Pour s’envoler.

© marine Dussarrat


18 nov. 2016

promenade...



C'est au fil de l'eau
que Fifi passe en automne
juste au fil de l'or




Couleurs somptueuses
la forêt a bonne mine
avant de blanchir




Les confettis des arbres
s'envolent comme au temps
de carnaval...




Teintes automnales,
eaux tonales.
Oh ! brillante
eau scintillante.



Au fil de l'eau
au fil des pas
Au fil de l’eau
Pas à pas
Guirlande d’eaux
Tapis de feuilles
Les mains dans les poches
Cheminent, cheminent
Les passagers de l’automne.

Maïté Aliénor 

 

10 nov. 2016

danser dans le vent...






Danse des feuilles en fin de journée
valse des feuilles en robe dorée
le vent joue sa musique
instant magique

Josette T 


Comme elles tombent bien !
Dans ce trajet si court de la branche à la terre,
Comme elles savent mettre une beauté dernière
Et malgré leur terreur de pourrir sur le sol,
Veulent que cette chute ait la grâce d'un vol.

Edmond Rostand, 

Cyrano de Bergerac.
envoyé par Miss Yves



Feuille d'automne
Bijou vermeil
Qui tourbillonne
Dans le soleil,
Flambe l'automne
Pourpres et ores
Qui vermillonnent
Tel un trésor.

Feuille dansante
Dans le vent fou
Qui, frissonne
Tombe à genoux
En la supplique
Des feux mourants,
Mélancoliques
Dans leurs tourments.

"Feuille d'automne" 

poème de Charlotte Serre
envoyé par Tilia

  
Danser dans le vent

Une nervure par-ci, une nervure par-là
Chaque feuille partageant son ombre
Chaque feuille offrant son double fragile
Ainsi s’en va le bel automne en farandole.
Leur limbe d’or est certes un peu usé
D’avoir trop dansé sur la pointe du vent
D’avoir trop poussé la chansonnette d’automne
D’avoir trop joué avec les dernières flammes.
Dansez feuilles au vent, donnez-vous au plus offrant
Pour une obole, pour un sourire réchauffez notre regard.

Maïté Aliénor



Promenons nous dans les bois
où l'automne flamboie
sur un tapis de feuilles rousses
où la mélancolie nous pousse

Bientôt l'hiver sera
le froid nous saisira

si les couleurs du temps passent
de vivre jamais on ne se lasse
les souvenirs volent au vent
mais le cœur rêve au présent

Bientôt l'hiver sera
le froid nous saisira

Promenons nous dans les bois
où l'automne flamboie
ce qui meurt renaîtra
quand le printemps viendra 

Amichel


30 oct. 2016

quand le printemps sourit à l'automne...



"Les  yeux dans les yeux, il prit son sourire et le lui rendit."
Journal


L'adorable sourire mutin
de cette belle frimousse
offre à nos yeux un butin :
deux perles d'ivoire qui poussent !

Tilia



Que voilà un joli minois
Un œil coquin de petit roi
Des fossettes à croquer
Et deux quenottes dressées
Deux menottes au soleil confiées
Un sourire épanoui
Dans la capuche un mouvement de fantaisie !

Maïté Aliénor


21 oct. 2016

rentrer chez soi...


" Quand on monte sur ses grands chevaux, il n'est pas rare qu'on soit obligé de rentrer à pied."
Pierre Perret


Pas un âne bâté
malgré sa réputation
un brave Cadichon



16 oct. 2016

fifille et petite fifille...





Derrière leurs paravents de glace, fifille et petite fifille vous remercient pour vos commentaires enthousiastes et poétiques, pour les liens inspirés par les photos, pour votre participation amicale à ce petit défilé d'images des paysages extraordinaires de l'Islande.


11 oct. 2016

glacé...



"La vie, c'est comme un cône glacé ;
il faut savourer chaque bouchée."
Charles Monroé Schulz
Charlie Brown






Espérons que parmi ces montagnes de glace
L'humain puisse continuer à tenir sa place.
Et que la terre d'Islande conserve tous ses feux
Pour réchauffer nos âmes et réjouir nos yeux.



Sous et sur la glace polaire
Quand le bleu s'effiloche
L'univers se fige
Refusant l'inéluctable
Rejetant l'intervention de l'homme
Et de ses œuvres 

Marine D 


Métal glacé, froidure des miroirs
Poli en creux de ciel, en alvéoles de mer
fumerolles des nuages, bouches crissantes
Du bleu, du gris acier à couper le souffle du vent.

Maïté Aliénor




9 oct. 2016

de toutes les couleurs...




"Si l'arc-en-ciel qui succède à la pluie est splendide,
celui qui naît de notre conscience de sa beauté est incomparable."
La lumière du monde


En guise d'arc en ciel, le dimanche matin,
Neufiesme jour d'octobre apparut une dame :
Son oeil estoit si clair que de sa vive flame,
Il eut pu faire fondre un roc diamantin.

Guillaume Le Breton 
envoyé par Tilia le 9 octobre 2016 





Radieuse sous l'écharpe d'Iris,
Feu follet, la belle dame mutine,
Légère, les quatre éléments lutine;
De mille coloris l'éther s'irise,
Triomphe des mirages de l'iris:
Qu'après la pluie la reverdie domine!

Miss Yves



27 sept. 2016

solitude...





O ! que j'aime la solitude !
Que ces lieux sacrés à la nuit,
Éloignés du monde et du bruit,
Plaisent à mon inquiétude !
Mon Dieu! Que mes yeux sont contents
De voir ces bois qui se trouvèrent
A la nativité du temps,
Et que tous les Siècles révèrent,
Être encore aussi beaux et verts,
Qu'aux premiers jours de l'Univers !
Saint Amant
envoyé par Tilia 






Contemplation
le silence s'impose
après la vaine agitation

Josette T



Perchée sur le rocher
une chapelle au toit rouge
éclaire la vallée

Marine D


"Entends, artisan des cieux,
La prière du poète,
Et que vienne à moi,
Ta douce miséricorde."

  Kolbeinn Tumason
envoyé par Cergie
 

19 sept. 2016

Waouh !!!!!!!!!!!!!!




"Ne vous croyez ni grand, ni petit ! Contemplez."
V. Hugo




 "Ce bien-être que nous cherchons, il  nous est donné par la beauté du monde.
L'observer, la contempler, c'est un principe de régénération comme l'oxygène"
Jacques Perrin




« La plus belle chose que nous puissions éprouver, c'est le mystère des choses... 
La joie de regarder et de comprendre est le plus beau cadeau de la nature. » 
Albert Einstein


14 sept. 2016

s'éclater...

















"Quel était ce feu intérieur qui éclatait parfois dans son regard"
Victor Hugo


 " Mêlez toute votre âme à la création !"
V. Hugo, 

Les Feuilles d'automne
envoyé par Marie-Paule


Éclater,
exploser..
de bonheur ?
de rire ?
de colère ?
de plaisir ?..
La Terre
a son caractère
et ses humeurs
de geyser,
de Geysir !
Tilia 


 

12 sept. 2016

se baigner...



Plage blanche et eau bleue
 cendre et glace sculptées
 dans l'attente du geyser


Dis mon cœur un jour irais-je

Au pays de glace et de feu
où les oiseaux des neiges
glissent sur l'eau bleue
en un merveilleux manège ?

Dis mon cœur un jour irais-je ?

Au pays où la lumière semble morte
où jaillit la chaleur de sources en dédale
où les vents cruels nous emportent
vers la nuit verte des aurores boréales ?

Dis mon cœur la-bas irais-je ?



Le fulmar polaire fulmine
Contre l'intrus, contre l'arsouille
Qui ternit la blanche hermine
De son abri ; sitôt que mouille
L'esquif que jamais il n'esquive
Furieux, le fulmar l'invective
Son ressentiment il crachouille

 

10 sept. 2016

se ressourcer...




"Ce n'est pas d'un tête-à-tête ni d'un corps à corps, c'est d'un coeur à coeur que nous avons besoin"
Teilhard de Chardin



" Au coeur du coeur, le coeur ..." 
Andrée Chédid 
envoyé par Mathilde



Sous une douce lumière solaire
Un cœur à cœur avec la nature
En plein cœur d'un pays de froidure
Dans la banlieue du cercle polaire

Tilia 




Un coeur à fleur d'eau vaporeuse,
Un visage au rayons matinaux du soleil
Fifille est heureuse,
Un pur instant de merveille.

Claude


6 sept. 2016

contrastes...



"L'amour préfère ordinairement les contrastes aux similitudes"
H. de Balzac


"Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle
Sur l'esprit gémissant en proie aux longs ennuis,
Et que de l'horizon embrassant tout le cercle
Il nous verse un jour noir plus triste que les nuits"

Baudelaire
envoyé par Cergie


 
Quand le ciel est si bas et qu'il s'habille de gris
quand les eaux du lac se concentrent sur leurs profondeurs
quand les terres de feu scintillent et se rebellent
Les roches s'enchâssent, les eaux s'immiscent et imposent
leur force tranquille. Le ciel gronde repoussant l'azur. 

Maïté Aliénor


1 sept. 2016

"regarde-moi..."




"Regarde-moi, regarde-moi. Vous vous dites : les chevaux aussi demandent ça, et les arbres et les fous et les pauvres et tout ce qui se passe dans le temps - pour un temps. Partout l'appel, partout l'impatience de la gloire d'être aimé, reconnu, partout cette langueur de l'exil et cette faim d'une vraie demeure -les yeux d'un autre. Regarde-moi, regarde-moi."
Christian Bobin 
 Une petite robe de fête






Une Maman c'est la vie
une Maman c'est l'amour
une maman c'est dans le coeur tout le temps
même quand on n'a plus sa Maman


Les caresses des yeux sont les plus adorables ;
Elles apportent l'âme aux limites de l'être,
Et livrent des secrets autrement ineffables,
Dans lesquels seul le fond du cœur peut apparaître. 
 Auguste Angellier


28 août 2016

"Les trois Marie"



 "Elles quittèrent rapidement le tombeau, remplies tout à la fois de crainte et d'une grande joie"
Matthieu Chapitre 28, 1-10





"J'étais endormie, mais mon coeur veillait... C'est la voix de mon bien-aimé, qui frappe: 
-Ouvre-moi, ma soeur, mon amie, Ma colombe, ma parfaite! 
Car ma tête est couverte de rosée, Mes boucles sont pleines des gouttes de la nuit."
Cantique des Cantiques




Elles étaient trois
Jeunes insouciantes et gaies
Elles étaient trois
Sur les chemins courants les haies
Elles étaient trois
Sereines à jamais

Josette T









Exposition de Suzanne Capdevielle
dans le cadre des Chemins d'Art Sacré du Diocèse de Strasbourg





21 août 2016

la grâce...




 La grâce et l'élan qui habitent l'inachevé, le rugueux, les déchirures de la vie... une exposition magnifique...


"Tu arbores parfois cette grâce bénigne
Du matinal jardin tranquille et sinueux
(...)
Chaque moment me semble, grâce à toi,
Passer ainsi, divinement en moi ;
Aussi, quand l'heure vient de la nuit blême,
Où tu te cèles en toi-même
En refermant les yeux,
Sens-tu mon doux regard dévotieux,
Plus humble et long qu'une prière,
Remercier le tien sous tes closes paupières."

 Émile Verhaeren

envoyé par Tilia



Exposition de Suzanne Capdevielle
dans le cadre des Chemins d'Art Sacré du Diocèse de Strasbourg



envoyé par Solilouve
  

De grâce
Vient avec moi
Ne te fait pas prier
Là bas le soleil brillera

Josette T



Tes bras profonds
Qui me rejoignent
Comment tiennent-ils ?

Tes regards perdus
En chemin
Il sont pour moi ?

Véronica B


Loin des déchirures
de l'argile cabossée
regard intérieur

Miss Yves


Ne lâches pas ma main
en cet univers de pacotille
restons unis...

Marine Dussarrat


31 juil. 2016

petit bouquet domestique...


Domestique ( du latin "domesticus") se dit de tout ce qui concerne le domicile (mot dérivé du latin "domus" la maison) et, par extension de ce qui concerne le ménage et la vie privée.
Domestique est soit un nom, masculin ou féminin, soit un adjectif qualificatif
Wikipédia 


Les petites choses n'ont l'air de rien mais elles donnent la paix


Les roses rouges du jardin
offertes avec simplicité
c'est le coeur sur la main
d'un beau soleil d'été  
Amichel
 

Au nombre de sept
harmonie intimité
épure et merveille

Miss Yves
 

Outre son parfum
la rose offre sa couleur
c'est tout naturel

Miss Yves



18 juil. 2016

feuilles et branches...



Les feuilles sont l'espoir des racines
Les fleurs, celui des branches
Et le bourgeon, celui de la ramure
Pour nous, quelle sève à notre espoir ? 

Le ramage est l'espoir de l'oiseau
Le clapotis, celui des eaux
Le chuchotement celui des vents
Pour  nous, quel chant à notre espoir ?

La rose est l'espoir de la tige
Le bleu, celui de l'océan
Et le vert celui du printemps
Pour nous, quelle couleur à notre espoir ?
 

Le miel est l'espoir de la ruche
Le vin est celui de la vigne
Et la miche est celui du blé
Pour  nous, quelle saveur à notre espoir ?
Espérer n'est pas nécessaire pour entreprendre le futur
Réussir n'est pas nécessaire pour persévérer le présent


Il était une feuille avec ses lignes
Ligne de vie
Ligne de chance
Ligne de cœur

Il était une branche au bout de la feuille
Ligne fourchue signe de vie
Signe de chance
Signe de cœur

 
Il était un arbre au bout de la branche
Un arbre digne de vie
Digne de chance
Digne de cœur
cœur gravé, percé, transpercé
Un arbre que nul jamais ne vit

Il était des racines au bout de l'arbre
Racines vignes de vie
Vignes de chance
Vignes de cœur


Au bout des racines il était la terre
La terre tout court
La terre toute ronde
La terre toute seule au travers du ciel
La terre.

Robert Desnos


Voici des fruits, des fleurs, des feuilles et des branches
Et puis voici mon cœur qui ne bat que pour vous.
Ne le déchirez pas avec vos deux mains blanches
Et qu'à vos yeux si beaux l'humble présent soit doux.



Le vent est l’ami des arbres
Il chante dans les saules
Il peut mirer dans l'eau
Sa force et sa malice
Il ploie la cime des pins
Où il redit sa plainte
Sans jamais se lasser
Parfois il est tempête
Au bord des plages désertes
L’aurait-on contrarié ?
Il joue de ses artifices
A rebrousse-feuilles
Dans la tête des chênes
Il pousse au loin les nuages
Gris, blancs ou joufflus
J’aimerais bien le suivre
Dans ses voyages fantasques
Voir ces pays lointains
Où l’amitié dit-on
Est vraie et sans détour

Un autre jour
On parlera de l’amour…

Marine D


Archives du blog