31 mai 2015

Bonne fête maman




Elle s'appelait Rose ma maman, c'était la meilleure des mamans.
Cela fait tellement longtemps qu'elle est partie
mais elle est définitivement présente






Rose Ô ma rose
Joueras-tu au jardin
Si je te le propose
Dans ton habit satin ?
Rose aux joues tu poses
Ta robe aux quatre coins
Ma belle et tendre rose
Et sous le vent mutin
Pourrais-je ce matin
Respirer, si je l’ose
Sous ton vertugadin ?

Marine D




envoyé par Miss Yves









envoyé par Colo





Le cœur est un grand jardin
qui des Roses garde le parfum

Josette T





La rose et le papillon


23 mai 2015

une pointe de vert...



Avant de se mettre au vert,
tricoter un pull-over,
à l'endroit ou à l'envers,
pour au chaud passer l'hiver.
Au printemps, à découvert,
filer au diable vauvert,
n'importe où dans l'univers,
à la suite des colverts.


Vert printemps.
Vert énergie.
Vert vie !

Naline


Voir la vie en vert par Michel Pastoureau

envoyé par Miss Yves




De la palette , du peintre le vert s'étire
en longues brindilles soyeuses et flexibles
pour camoufler la gente ailée . 

Françoise du 80


Tiges et brindilles
cachés partis les insectes
au diable Vauvert

Miss Yves


 Entre le jaune et le bleu le vert est merveilleux
Entre le soleil et l'eau le vert printemps renait

Josette T


…Mais, vois ! le ciel serein ! la belle matinée !
Tout nous promet sur l’herbe une bonne journée.
Viens-t’en ! fuyons la ville ! Amis au cœur joyeux,
Allons vivre ! fermons nos livres ennuyeux !
Ensemble et seuls, allons sous l’épaisse ramure
Prendre un long bain d’oubli, de calme et de verdure.
Auguste Lacaussade,

envoyé par Denise


Ma douce amie
allons dans la verte prairie
cueillir la fleur d'amour
qui se cache et parfume
le foin gorgé de fleurs...

Marine D 

Léger jeu de mikado dans la nature
Lorsque dans une Verte ambiance feutrée
Le flou des longues et fines feuilles
Dresse ses pointes et s’équilibre.
Tout bouge, frémit ; rien ne s’écroule.
Les Vertes feuilles funambules s’élèvent
En obliques, Vers le ciel, légèrement éclairées
Ou bien jouent à pierre papier ciseaux ouverts.

Maïté Aliénor 



20 mai 2015

ciel, mer, terre...




Entre le ciel et la mer
Une cicatrice
Entre l'exil et le royaume
Une terre à vivre


Le ciel est venu toucher la mer
La mer est venue toucher la terre
La terre est venue toucher le ciel
Ciel, mer, terre s’enroulent sans fin
Au rythme des allées de la marée
Qui creuse ses sillons, qui peaufine ses chemins
Qui sable ses reflets, qui satine ses basses eaux.
Le ciel sans nuages serait dénué de vie.
La mer sans tangage serait plate et fade
La terre sans son sable perdrait nos traces.
Ciel, mer, terre, un tout petit bout d’univers
Un paradis aux lignes épurées pour ses amoureux.

Maïté Aliénor











...Aussi loin que nous irons
La mer et son tumulte
Nous accompagnera
Je veux entendre sa complainte
Le bruissement de son écume
Le vacarme de ses colères
Sur les roches noires
Auprès des îles effervescentes...


"Là-bas
Tout est neuf et tout est sauvage
Libre continent sans grillage
Ici, nos rêves sont étroits
C'est pour ça que j'irai là-bas"

J.J Goldman
 envoyé par Odile






1 - Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre.
2 - Or la terre était vide et vague, les ténèbres couvraient l'abîme, un vent de Dieu tournoyait sur les eaux.
3 - Dieu dit : Que la lumière soit et la lumière fut.
4 - Dieu vit que la lumière était bonne, et Dieu sépara la lumière et les ténèbres.
5 - Dieu appela la lumière jour et les ténèbres nuit.
Il y eut un soir et il y eut un matin : premier jour.
6 - Dieu dit : Qu'il y ait un firmament au milieu des eaux
et qu'il sépare les eaux d'avec les eaux et il en fut ainsi.
7 - Dieu fit le firmament, qui sépara les eaux qui sont sous le firmament d'avec les eaux qui sont au-dessus du firmament,
8 - et Dieu appela le firmament ciel. Il y eut un soir et il y eut un matin : deuxième jour.
9 - Dieu dit : Que les eaux qui sont sous le ciel s'amassent en une seule masse et qu'apparaisse le continent et il en fut ainsi.
10 - Dieu appela le continent terre
et la masse des eaux mers, et Dieu vit que cela était bon.
(Genèse Chapitre 1)
 envoyé par Odile







Toi et le monde dans lequel tu vis n'êtes qu'un grain de sable sur le rivage infini d'une mer infinie. » Et dans mon rêve je leur réponds : « Je suis la mer infinie, et tous les mondes ne sont que des grains de sable sur mon rivage.
Khalil Gibran

"La mer aime le ciel : c’est mieux pour lui redire,
À l’écart, en secret, son immense tourment,
Que la fauve amoureuse, au large se retire,
Dans son lit de corail, d’ambre et de diamant.

Et la brise n’apporte à la terre jalouse,
Qu’un souffle chuchoteur, vague, délicieux :
L’âme des océans frémit comme une épouse
Sous le chaste baiser des impassibles cieux."
 Néré Beauchemin



Les quatre éléments
L'air c'est rafraîchissant
Le feu c'est dévorant
La terre c'est tournant
L'eau - c'est tout différent

L'air c'est toujours du vent
Le feu c'est toujours bougeant
La terre c'est toujours virant
L'eau - c'est tout différent

L'air c'est toujours changeant
Le feu c'est toujours mangeant
La terre c'est toujours germant
L'eau - c'est tout différent

Et combien davantage encore ces drôles d'hommes espèces de vivants
Qui ne se croient jamais dans leur vrai élément.

Claude Roy
envoyé par Miss Yves


17 mai 2015

falaises...





Des morceaux de craie
de la falaise aux murs jaunes
comme un trait d'union




Embrassant le golfe
les falaises crayeuses
se coiffent d'un vert bonnet
tandis que la vague
scintille et diffuse
son lent murmure





La Falaise

Deux hommes sont montés sur la haute falaise ;
Ils ont fermé les yeux pour écouter la mer :
« J'entends le paradis pousser des clameurs d'aise.
Et moi j'entends gémir les foules de l'enfer. »

Alors, épouvantés des songes de l'ouïe,
Ils ont rouvert les yeux sous le même soleil.
L'Océan sait parler, selon l'âme et la vie,
Aux hommes différents avec un bruit pareil.


Sully Prudhomme
Stances Et Poèmes 






« Cet endroit est beau. Je ne pouvais m’en arracher. C’est là qu’on voit poindre et monter cette haute falaise qui mure la Normandie, qui commence au Bourg-d’Ault, s’échancre à peine pour le Tréport, pour Dieppe, pour Saint-Valery-en-Caux, pour Fécamp, où elle atteint son faîte culminant, pour Étretat où elle se sculpte en ogives colossales, et va expirer au Havre, au point où s’évase cet immense clairon que fait la Seine en se dégorgeant dans la mer. »

Victor Hugo, En voyage



A l'horizon
entre le ciel et la mer
la falaise se dissout


14 mai 2015

côte à côte...




"C'était la première fois qu'il leur paraissait être seuls, bien qu'ils eussent vécu côte à côte"
Henri Barbusse

 


Et la brise du soir, en mourant sur la plage, me rapportait tes chants prolongés sur les flots
Alphonse de Lamartine


Si toutes les filles du monde voulaient se donner la main,
Tout autour de la mer, elles pourraient faire une ronde.
Si tous les gars du monde voulaient bien être marins,
Ils feraient avec leur barque, un joli pont sur l’onde.
Alors on pourrait faire une ronde tout autour du monde,
Si tous les gens du monde voulaient se donner la main
Paul Fort


“La vie sans poésie et la vie sans infini, c'est comme un paysage sans ciel : on y étouffe. "
Henri-Frédéric Amiel

envoyé par La Licorne


Vient et va le flux
de la mer sous les nuées grises
Il marche sur la grève

Marine D


Les cabines ont la côte
et la côte les cabines
d'où l'on trottine
pour aller à la flotte 

Amichel 




Crabes et galets
le vent souffle à l'infini
cottages de plage

Miss Yves



envoyé par Oxygène


Tout seul se lover
dans ses souvenirs d'enfance
ciel bleu ou ciel gris

Miss Yves





Belles perspectives
jumelles multipliées
à perdre le nord

Miss Yves



Évanouis l'hiver
rires et voix saisonniers
le vent les ravive

Miss Yves


11 mai 2015

faire la sieste...




Promenade pour Fifille dans la Baie de Somme pour voir les phoques veaux de mer  qui font la sieste au soleil.




Plusieurs études ont établi un lien entre la sieste et l’augmentation des performances cognitives et psychomotrices3. Ce moment de repos accordé en milieu de journée permettrait d’avoir une meilleure mémoire et de consolider les apprentissages. Les personnes qui s’y adonnent sont plus dynamiques et créatives en après-midi en comparaison à celles qui ne pratiquent pas la sieste. Ainsi, les grandes entreprises sont de plus en plus nombreuses à promouvoir cette pratique auprès de leurs employés. Les gens ayant un horaire très chargé en tirent davantage profit puisqu’elle permet de regagner de 1 à 2 heures de sommeil lorsqu’elle est réalisée sur une base quotidienne."





Petit tour en Somme
somnolent les veaux de mer
sur des bancs de sable





Faire la sieste, 
ou un petit somme en somme, 
à Somme, 
c'est le somme-homme!
Claire Fo 



envoyé par Tilia


Rouleaux et roulis
de navigateurs il rêve
sans marchand de sable

Miss Yves





Phoque aux yeux mi-clos
il se fait bercelonnette
étoiles de mer


En baie de Somme
quand les pêcheurs travaillent
les phoques somnolent
bercés par la houle
bien roulés en boule...

Marine D


"Nous sommes des dormeurs éveillés, des rêveurs lucides."
Gaston Bachelard

envoyé par Miss Yves


Sur la plage ils bronzent
sans huile et sans parasols
les phoques somnolents

Tilia 


4 mai 2015

petit gourmand...




deviendra grand...



Dans les yeux d'un enfant
je vois la vie des parents
dans les yeux d'un enfant
je vois la mer et le sable
dans les yeux d'un enfant
je vois un espoir gourmand

Josette T
 

Dis pépé, c'est quoi le bonheur ?
Le bonheur mon enfant, c'est d'avoir des yeux,
Même en vitrine, sous d'horribles lorgnons.
Pouvoir observer, sur la fleur, un bourdon
Gorgé de nectar, s'arracher vers les cieux.

Le bonheur, mon petit, c'est d'être fasciné
Par une perle de rosée, courant sur le fil de la vierge,
Dans une aube radieuse au soleil qui émerge,
Cordiale promesse d'une belle journée.

Le bonheur, tu sais, c'est pouvoir admirer,
Dans l'azur doré d'un printemps qui s'éveille,
Un magnifique rapace qui, de là-haut, surveille
Le lapereau étourdi qui a quitté son terrier.

Le bonheur, mon garçon, c'est pouvoir arpenter
La garrigue provençale, ta main dans la mienne :
Balade matinale, avant que ne survienne
Le vent brûlant, au zénith de juillet.

Le bonheur, mon enfant, c'est quand la pluie est tombée
Et fait que la terre craquelée et agonisante,
Exhale soudain une odeur douce et enivrante,
Pour remercier le ciel de la bienfaisante ondée.

Le bonheur, vois-tu, c'est, quand finit l'été,
Cueillir une pomme au sein du verger familial,
L'essuyer sur sa blouse, d'un geste machinal,
Puis mordre à belles dents, dans sa chair sucrée.


Le bonheur, tu sais, il se trouve n'importe où :
Se coucher dans le pré, écouter chanter l'herbe,
Le souffle du Mistral dans le chêne superbe,
Le murmure du ruisseau, polissant ses cailloux...

Je te souhaite des choses pures, du bonheur !
Point n'est besoin d'honneurs et de richesses.
Qu'un avenir utopique, et de folles promesses,
Ne puissent jamais, ô jamais ! endurcir ton coeur.
Pierre Clérico



L’enfant a entendu l’appel de l’oiseau bleu

Il a vu l’herbe verte et la fleur

Les fumées se mêler au gris du ciel

L’écume des hommes

Tant d’images violentes

Il a entendu les bruits de la ville pressée

Respiré des odeurs parfois singulières…


Il voit, il entend, il sent

Il n’a pas bien compris

Plus tard, plus tard…

© marine D



 Le goûter

On a dressé la table ronde
Sous la fraîcheur du cerisier .
Le miel fait des tartines blondes ,
Un peu de ciel pleut dans le thé .

On oublie de chasser les guêpes
Tant on a le coeur généreux .
Les petits pains ont l' air de cèpes
Garés sur la nappe bleue .

Dans l' or fondant des primevères ,
Le vent joue avec un chevreau ;
Et le jour passe sous les saules ,

Grave et lent comme une fermière
Qui portait , sur son épaule ,
Sa cruche pleine de lumière 

  Maurice Carême


envoyé par Mathilde

 De ses yeux clairs, il voit le monde
Et le monde se mire dans son regard vif
Le monde,il le goûte -quel gourmand!
De ses quenottes, il le croque
Blonds, ses cheveux comme les blés
Drus comme l'épi en été
Si doux le grain de sa peau
Et l'on croit toucher la photo
Dans ce portrait signé Fifi

Miss Yves 


Quoi de plus beau
que le sourire d'un enfant ?
C'est le chant le plus pur
ou une vraie symphonie
qui réunirait tous les oiseaux dans l'azur...

Enitram

Archives du blog