27 févr. 2014

chat...




Ton chat perché
chez ton voisin
Pacha soigné
j'aime cha
les chats !



Ils prennent, en songeant, les nobles attitudes
Des grands sphinx allongés au fond des solitudes
Qui semblent s'endormir dans un rêve sans fin.
Ch. Baudelaire, Les Chats


C'est un petit chat noir, effronté comme un page.
Je le laisse jouer sur ma table, souvent.
Quelquefois il s'assied sans faire de tapage ;
On dirait un joli presse papier vivant.
Ed. Rostand, Les Musardises


 Sacha le Pacha,
Chat persan perché
Sans souci ,
Chat gris sans chagrin
Sachant sourire aux souris
Sans se pencher
Sur les chatons du forsythia,
Ou du frissonnant prunus,
C'est le chat du Cheshire!
Cha ch'est ben vrai ,
Ca c'est sûr!




Un chat perché ne fait pas le printemps...

Patiemment il a le temps ...
Sciemment
Si amant...
Il attend
Le retour des oiseaux migrateurs.....


 comptine des diablotins .;

Un chat gris sur un mur
qui respirait de l'air pur
piaf par ci piaf par là
trois coups de patte
et le goba ….

envoyé par Amichel


Le chat

Pour ne poser qu'un doigt dessus
Le chat est bien trop grosse bête.
Sa queue rejoint sa tête,
Il tourne dans ce cercle
Et se répond à la caresse.

Mais, la nuit l'homme voit ses yeux
dont la pâleur est le seul don.
Ils sont trop gros pour qu'il les cache
Et trop lourds pour le vent perdu du rêve.

Quand le chat danse
C'est pour isoler sa prison
Et quand il pense
C'est jusqu'aux murs de ses yeux.
Paul Eluard

envoyé par Denise


Belle peluche
emmitouflée d'hiver
regarde avec patience
les bourgeons
s'éveiller ...
Trop fragiles
Les branches
Pour attirer l'oiseau ...

Saravati



Raminagrobide

Mollement allongé
couché
Sur un petit muret
de briques élévées
à la teinte orangée
Seigneur chat
Maître de céans
songeait ravi
à la vie de misère
des vilains de gouttière
ses pauvres parents
de la féline gent
Sujets bien mal logés
qui dans la rue ou quelque grenier sombre
allaient sautant courant après leur ombre
quelques restes
indigestes
ou quelque souris à croquer
soupirant d’aise
Et de béatitude rayonnant
chat du Cheshire
ne vous en plaise
pensait avec malice  :
Ah !qu’il est doux de ne rien faire
Quand tous autour de vous s’affairent

Amichel 


hat-gris ,
Chat-grin ,
Chat-cool...Il pleut !!! :-((

Mathilde


Un chat qui sur son nez louche
n'a nul besoin de lunettes
pour attraper une mouche
ou même une souricette

Tilia


Quatre chats voisins
Visitent curieux
Les plis du jardin

Ils sont faits l'un pour l'autre.

Véronica


Serait-ce ton mur préféré
beau chat angora
quand tu attends
les couleurs
du printemps

Enitram


Je suis le chat qui se prélasse
A l'instant où le soleil passe,
Dans vos jardins et dans vos cours
Sans avoir patte de velours.


Henri Monnier, 

Les Chansons du Chat Noir,
envoyé par Lyse


 

22 févr. 2014

fleurir...




L'amitié nous  donne la chance de désherber notre jardin intérieur, 
ou de faire fleurir notre propre désert.
Jacqueline Kelen


L'art-rhum de l'ami-titillé
Si rose de joie...cire rose ma foi
Douce chose à l'ode-heure-ose
Douche chaude à l'eau-d'orante
Puisque tes fleurs m'effleurent
Il faut que ça s'arrose!

Claire Fo 


J'ai voulu ce matin te rapporter des roses; 
mais j'en avais tant pris dans mes ceintures closes que les nœuds trop serrés n'ont pu les contenir...
Respires-en sur moi l'odorant souvenir.
Marceline Desbordes-Valmore 

envoyé par Enitram



Parles-moi des simples choses
Et du parfum de tes roses
Parles-moi tant que tu veux
Je ne pense qu'à tes yeux ...

Marine Zoup


Je vous salue, Ô roses, étoiles solennelles.
Roses, roses joyaux vivants de l'infini, bouches,
seins, vagues âmes parfumée, larmes, baisers !
grains et pollen de lune,
Ô doux lotus sur les étangs de l'âme,
je vous salue, étoiles solennelles.
F. Garcia-Lorca, 

La prière des roses
envoyé par Claude





" L' ornement d' une maison ce sont les amis qui la fréquentent..."
Ralph Waldo Emerson


 Les fleurs du printemps sont les rêves de l'hiver racontés, le matin, à la table des anges.
Khalil Gibran 

envoyé par Tilia


Sois jaloux en voyant la rose qui s’effeuille;
Elle sourit et dit à celui qui la cueille
Déchirant le cordon de ma ceinture, enfin,
Je répands mes trésors d’amour sur le jardin!
Qhayyam (Quatrains)

envoyé par Miss Yves


Un bouquet d'amis
que des paroles douces
pour cœurs meurtris

Josette T


Dans la main d'un ami, il faut déposer sa confiance;
dans son âme, sa compréhension;
sur ses lèvres, son sourire;
devant ses yeux, une rose;
près de lui, sa présence et son aide;
et dans son coeur, le bonheur de son amitié.
(Anonyme)

envoyé par Denise


« L'amour est comme l'églantine sauvage,
L'amitié est comme le houx,
Le houx est sombre lorsque l'églantine est en fleur,
Mais lequel fleurit avec le plus de constance ? »
Emily Brontë 

envoyé par Simone



 
Le nom de la rose

Parfums de roses
odeurs encloses
d'un gai printemps
que cœur emporte
des amours mortes
au vent du temps
on se souvient
de ses fragrances
subtiles danses
liens aériens
beautés fragiles
regrets agiles
tremblants émois
des pétales de soie
à la vie brève
au bleu des rêves 

Amichel 


Dans ses plis secrets
Le coeur continu

Véronica

En ce beau jardin
devenue reine des fleurs
l'azalée rosit

Miss Yves

Enrosé de fleurs
Ouvertes au soleil levant
Le jardin ravit..
Den



17 févr. 2014

klaxon...


On appelle voiture d'occasion une voiture dont toutes les pièces font du bruit sauf le klaxon
Comme un garçon, je joue du klaxon
Pas du clairon, ni de l'accordéon
Dans mon auto de style rétro
La foule me lance des Bravos!

Mais comme une fille, j'aime tout ce qui brille
Et dans mon auto je me maquille
J'ai mis du bleu sur mes yeux...
C'est la couleur qui me va le mieux!


quand claque le son
et si le ton est bon
fait bien attention
à tes...arpions ! 


"De l'anglais klaxon : le mot est inventé par son premier fabricant, F. W. Lovell, d'après le grec κλάζω klazō (« hurler »)."


Pouett Pouett!

L'avertisseur sonore
Hurle à la mort
Tsoin Tsoin!
J'ai ai ma claque de ce son
Crie le piéton:
Corne et piston,
Claque ce son,
Honni soit ce horn
Et son inventeur,
Lowell le truqueur,
Lowell le trompeur ,
Tutt tutt!
Qui trompe à la mort
Qui trompe la mort
Vive l'avertisseur sonore!

Fais du bruit
pas avec le klaxon
mais avec ta trompette !


La Torpedo
 
Refrain :
Dans ma toute petite auto,
Mon amour de Torpedo,
Le pays me ravit
Du Nord au Midi (Pouet ! Pouet ! )

Je brave le mauvais temps
En évitant prudemment
Les chaos, les sursauts,
Dans ma p'tite auto.

Un jour mon cousin Eugène,
Un garçon plein de sans-gène,
A voulu prendre le volant
Et il a filé comme le vent. ( Wouf ! )
Il renverse l’étalage
D’un marchand de fromage,
Et au plus fort de son culot
Il renversa ma p’tite auto. (Oh !)

envoyé par Cergie


Pas un simple mirliton.
Un klaxon fanfaron
rutilant comme un clairon
ressemblant à un tromblon
reflété de belle façon
par une De Dion-Bouton
astiquée pour l'occasion
Ah la superbe attraction !

Odile 


envoyé par La Licorne


Tiens ! un klaxon Jackson,
si je ne me trompe...
Pour une corne de voiture,
c'est un joli nom
"Jackson".
Le son du Jackson
claque-t-il moins fort
que celui d'autres klaxons ?

Tilia


Claque
Sonne
Et en voiture !

Véronica


Pouette, pouette
voiturette
laissez passer
la vedette

Enitram


un klaxon bien astiqué
pour voiture pas pressée
un klaxon bien brillant
pour une course cheveux au vent
un klaxon est son reflet
pour en imposer.

Maïté Aliénor


8 févr. 2014

il se lève...



La belle Matineuse

Des portes du matin l’amante de Céphale,
Ses roses épandait dans le milieu des airs,
Et jetait sur les cieux nouvellement ouverts
Ces traits d’or et d’azur, qu’en naissant elle étale,

Quand la Nymphe divine, à mon repos fatale,
Apparut, et brilla de tant d’attraits divers,
Qu’il semblait qu’elle seule éclairait l’univers
Et remplissait de feux la rive orientale.

Le soleil se hâtant pour la gloire des cieux
Vint opposer sa flamme à l’éclat de ses yeux,
Et prit tous les rayons dont l’Olympe se dore.

L’onde, la terre et l’air s’allumaient à l’entour ;
Mais auprès de Philis on le prit pour l’Aurore,
Et l’on crut que Philis était l’astre du jour.

Vincent Voiture


Le silence régnait sur la terre et sur l'onde,
L'air devenait serein et l'Olympe vermeil,
Et l'amoureux Zéphire affranchi du sommeil
Ressuscitait les fleurs d'une haleine féconde.

L'Aurore déployait l'or de sa tresse blonde,
Et semait de rubis le chemin du Soleil ;
Enfin ce dieu venait au plus grand appareil
Qu'il soit jamais venu pour éclairer le monde,

Quand la jeune Philis au visage riant,
Sortant de son palais plus clair que l'Orient,
Fit voir une lumière et plus vive et plus belle.

Sacré flambeau du jour n'en soyez pas jaloux !
Vous parûtes alors aussi peu devant elle
Que les feux de la nuit avaient fait devant vous.

Claude Malleville (1596_1647)


Les jolies aurores

Il y a des aurores si claires et si limpides
Qu’on dirait un tableau qu’un artiste inspiré
Aurait peint en cadeau au monde déchiré
Pour lui dire à quel point notre terre est splendide.

Des bleutés et des mauves entremêlés de roses
Effleurent les sommets de leurs doigts caressants
Et délicatement sur la nature se posent
La recouvrant soudain d’un voile évanescent.

Au loin quelques oiseaux commencent à chanter
Tout doucement d’abord par touches délicates
La nature s’éveille dans un froufrou léger
Comme au printemps venu les gros bourgeons éclatent.

On n’ose pas parler pour prendre la mesure
De cet enchantement qui ne va pas durer
On reste suspendu au vol de la nature
Pour goûter ce moment de pure éternité.

Au loin sur la montagne un léger voile brume
Pare de sa beauté tel un enchantement
Les sommets que domine en maîtresse la lune
Qui à tous petits pas va s’enfuir doucement.


© Marie LC, 31 mars 2006





Hymne au soleil

Je t'adore, Soleil ! ô toi dont la lumière,
Pour bénir chaque front et mûrir chaque miel,
Entrant dans chaque fleur et dans chaque chaumière,
Se divise et demeure entière
Ainsi que l'amour maternel !

Je te chante, et tu peux m'accepter pour ton prêtre,
Toi qui viens dans la cuve où trempe un savon bleu
Et qui choisis, souvent, quand tu veux disparaître,
L'humble vitre d'une fenêtre
Pour lancer ton dernier adieu !

Tu fais tourner les tournesols du presbytère,
Luire le frère d'or que j'ai sur le clocher,
Et quand, par les tilleuls, tu viens avec mystère,
Tu fais bouger des ronds par terre
Si beaux qu'on n'ose plus marcher !

Gloire à toi sur les prés! Gloire à toi dans les vignes !
Sois béni parmi l'herbe et contre les portails !
Dans les yeux des lézards et sur l'aile des cygnes !
Ô toi qui fais les grandes lignes
Et qui fais les petits détails!

C'est toi qui, découpant la sœur jumelle et sombre
Qui se couche et s'allonge au pied de ce qui luit,
De tout ce qui nous charme as su doubler le nombre,

A chaque objet donnant une ombre
Souvent plus charmante que lui !

Je t'adore, Soleil ! Tu mets dans l'air des roses,
Des flammes dans la source, un dieu dans le buisson !
Tu prends un arbre obscur et tu l'apothéoses !
Ô Soleil ! toi sans qui les choses
Ne seraient que ce qu'elles sont !

Edmond Rostand - Chanteclerc






Il se lève
Des laves
Il fait le tour de son coeur ...



Promesses d'aube
chemins croisés du jour.


AU FIL du jour naissant l'astre roi en éveil
émerge peu à peu des flots noirs de la nuit
tel un tison qu'un souffle rallume il luit
les joues de l'aurore prennent un éclat vermeil

la nature à l'entour sort aussi du sommeil
la lumière chasse les ombres qui s'enfuient
s'animent tous les êtres la vie avec ses bruits
un coq lance son chant qui appelle au réveil

l'aube au miroir du ciel se fait une beauté
pour s'unir au matin en grande majesté
et donner au lever du soleil sa splendeur

si le vent pousse au loin sa traîne de nuages
par beau temps à midi comme après un orage
l'arc-en-ciel d'un clair jour montrera ses couleurs 

"N’abrégez pas le matin en vous levant tard ; regardez-le comme une quintessence de la vie. "
 Arthur Schopenhauer
envoyé par Denise


Dans le sous-bois, perce une flamme
La nuit a rendu l'âme
Et tiré sa rêve-errance
Au ciel, douces nuances
Voilà le jour nouveau
C'est sûr, il fera beau!

Claire Fo


Des draps d'or satiné de l'aurore hivernale
émerge un instant un somnolent soleil pâle.
À peine sorti du lit de l'horizon, frileux,
il file se blottir sous l'édredon nuageux.

Tilia



Du néant l'astre surgit
il faut bénir ses magnificences
Avancer droit et vivre

Marine Zoup


"L' aurore ressemble à un regard d' une tendresse infinie..."
Nicole Houde

envoyé par Mathilde


Dieu, c'est un lieu fermé dont l'aurore a la clé 
Victor Hugo


Un rêveur est celui qui ne trouve son chemin qu'au clair de lune et qui, comme punition, aperçoit l'aurore avant les autres hommes.
Oscar Wilde 

envoyé par Simone


Je te salue, âme du monde,
Sacré soleil, astre de feu,
De tous les biens source féconde,
Soleil, image de mon dieu :
C.L de Malfilatre

envoyé par Claude
"Ah ! petit prince, j'ai compris, peu à peu, ainsi, ta petite vie mélancolique. Tu n'avais eu longtemps pour distraction que la douceur des couchers de soleil. J'ai appris ce détail nouveau, le quatrième jour au matin, quand tu m'a dit :
J'aime bien les couchers de soleil. Allons voir un coucher de soleil...
- Mais il faut attendre...
- Attendre quoi ?
- Attendre que le soleil se couche.
Tu as eu J'air très surpris d'abord, et puis tu as ri de toi-même. Et tu m'as dit :
- Je me crois toujours chez moi
En effet. Quand il est midi aux États-Unis, le soleil, tout le monde le sait, se couche sur la France. Il suffirait de pouvoir aller en France en une minute pour assister au coucher de soleil. Malheureusement la France est bien trop éloignée. Mais, sur ta si petite planète, il te suffisait de tirer ta chaise de quelques pas. Et tu regardais le crépuscule chaque fois que tu le désirais...
- Un jour, j'ai vu le soleil se coucher quarante-trois fois !
Et un peu plus tard tu ajoutais
Tu sais... quand on est tellement triste on aime les couchers de soleil...
- Le jour des quarante-trois fois tu étais donc tellement triste ?
Mais le petit prince ne répondit pas."
Antoine de St Exupéry 
qui pense que ce "c'est valable aussi pour un lever de soleil" Elle a raison :-)

 

1 févr. 2014

filer droit...




La Fileuse
Assise, la fileuse au bleu de la croisée
Où le jardin mélodieux se dodeline ;
Le rouet ancien qui ronfle l'a grisée.

Lasse, ayant bu l'azur, de filer la câline
Chevelure, à ses doigts si faibles évasive,
Elle songe, et sa tête petite s'incline.

Un arbuste et l'air pur font une source vive
Qui, suspendue au jour, délicieuse arrose
De ses pertes de fleurs le jardin de l'oisive.

Une tige, où le vent vagabond se repose,
Courbe le salut vain de sa grâce étoilée,
Dédiant magnifique, au vieux rouet sa rose.

Mais la dormeuse file une laine isolée ;
Mystérieusement l'ombre frêle se tresse
Au fil de ses doigts longs et qui dorment, filée.

Le songe se dévide avec une paresse
Angélique, et sans cesse, aux doux fuseaux crédule,
La chevelure ondule au gré de la caresse...

Derrière tant de fleurs, l'azur se dissimule,
Fileuse de feuillage et de lumière ceinte :
Tout le ciel vert se meurt. Le dernier arbre brûle.

Ta sœur, la grande rose où sourit une sainte,
Parfume ton front vague au vent de son haleine
Innocente, et tu crois languir... Tu es éteinte

Au bleu de la croisée où tu filais la laine.
Paul Valery (1871 - 1945)



L'aile de l'oiseau
File le bon coton
S'en fait plumage
Dispensé au zénith
En longs ramages..


"...Car souvent, quand un jour se lève triste et gris,
Quand on ne voit partout que de sombres images,
Un rayon de soleil glisse entre deux nuages
Qui nous montre là-bas un petit coin d’azur;
Quand l’homme doute et que tout lui paraît obscur,
Il a toujours à l’âme un rayon d’espérance;
Car il reste toujours, même dans la souffrance,
Au plus désespéré, par le temps le plus noir,
Un peu d’azur au ciel, au coeur un peu d’espoir."
Guy de Maupassant


Les nuages dansent
Dans l'azur immense
Laine effilochée
Ou ronde légère
Le ciel a filé...
Sa pelote d'hiver !
La Licorne


Elle file, file, file, file
La route qui va vers toi
Elle file, file, file, file
Cette route-là
Plus elle file, file, file, file
Et plus je suis fou de joie
Car je sais bien d'avance
Qu'au bout de cette route
Tu te jetteras dans mes bras.....

Simone 


Au soleil d'Icare
tracer droit fil un sillage
sur ciel moutonnant

Miss Yves





ou tourner en rond




Un ange plane
puis il plonge dans le bleu
à ta rencontre



De temps en temps
les nuages donnent un répit
aux contempleurs de lune.
Bashô



" File la laine , filent les jours
Carde ma peine et mon amour
Livre d'images des rêves lourds
Ouvre la page à l' éternel retour.."



File la laine par Isabelle Aubret
envoyé par Miss Yves



Le ciel ne raconte jamais la même histoire, les nuages travaillent sans cesse pour nous sortir de l'ennui.
Fanny Salmeron 

envoyé par Denise


"Depuis quelques jours, ces nuages qui passent, où sont-ils partis ?"
Oū Yáng Xiū

envoyé par Enitram


Bleu sur blancs moutons
tête en l'air combien sont-ils
toujours dans les nuages

Miss Yves


Le ciel s'effiloche
Nez en l'air cheveux au vent
n'y voir que du bleu

Miss Yves


Le nez en l'air
regarder et
se perdre dans mille rêves

Naline

 

 "La laine des moutons, c'est nous qui la tondaine,
La laine des moutons, c'est nous qui la filons.
Tondi, tondons, la laine des moutaines,
Fili, filons, la laine des moutons"


"Cardi-cardons ; Peigni-peignons ; Teigni-teignons ; Tissi-tissons"...
envoyé par Odile


Il file un mauvais coton, Éole
Ne suis pas le droit chemin
On dit qu'il s'aime, le vent
Pourtant il tempête!
Le nez dans les nuages
Il joue à saute-moutons
Là-haut,c'est la bataille
Quelle pagaille!!!

Claire Fo



S'il n'y a pas de traces
De charrois dans le ciel

C'est que probablement
On n'y va pas souvent,

Qu'il n'y a pas de vent
Pour y porter les gens.

Guillevic
envoyé par Tilia


Quand passe les nuages
le nez en l'air
on leur dit bon voyage
vers l'au delà des mers
avec eux ils traînent
un pesant bagage
l'aigre mélancolie
de nos rêves inassouvis
de nos départs remis
les regrets de nos vies
les défaites des jours
et les renoncements
Quand passent les nuages
icebergs dérivant
sur la banquise bleu
que le vent chasse
et loin emporte
chargés d'eau
suivant en songe
leur errance
tremble après leur passage
une larme douce amère
au fond de nos yeux
Quand passe les nuages 

Amichel


J'aime les nuages... les nuages qui passent... là-bas... là-bas... les merveilleux nuages.
Charles Baudelaire
envoyé par Claude


Archives du blog