30 août 2013

danse...



En dansant la balinaise
ne danse pas la « javanaise »
mais remercie les dieux
des pieds des mains des yeux
là-bas danse l'amour sacré
de la vie avec grâce et beauté 

Fleurs de frangipanier
sur le haut de sa tête
vous dansez pour un dieu
qui sourit
votre parfum subtil
enivre déjà la nuit.
Elle danse...

Enitram 


La danse sublime le corps
pour en faire
l'espace d'un instant
un pur objet de beauté
à contempler

Marie-Josée


Parée comme une reine
D’or et de soierie,
De bijoux finement ciselés,
Et de pierreries colorées
Sous le poids de la couronne
Elle sourit souveraine.
Fleurs couleur vanille et fuchsia
et doux pompons donnent le la
Sous l’œil du dragon millénaire.
Esquissant lentement, comme illuminée
De l’intérieur, sa danse sacrée
En l’honneur de la Déesse-Mère
Sur elle pourrait se poser
Un oiseau venu apporter son chant
De grâce et de féminité.
Du bout de ses doigts recourbés
Les yeux définitivement scellés
Elle vibre tandis que se mêlent
Les sons frappés et les flûtes enchanteresses.

Maïté Aliénor 


" Pour moi, entrer en mouvement, c’est entrer en méditation."
Béjart
envoyé par Mathilde



26 août 2013

méditation...



" Ne demeure pas dans le passé, ne rêve pas du futur, concentre ton esprit sur le moment présent"


Tout me fait profit
Le passé, le futur, le présent
Indispensable passerelle
Qui relie tous nos espoirs
Tous nos bagages

Marine D



Apprentie-sage
Rendre homme-mage...
Contemplation
Temple...station

Claire Fo 



"La fille à fifille
A joint ses deux bras
Pour penser tout beau pour penser tout droit
Dans un sourire tendre elle méditera
Au pied du Bouddha
La belle est polie ..."

Véronica


De chair ou de pierre
Méditation et prière
Communion des âmes

Christine


La tendresse à ses raisons que le coeur comprend très bien
Réjean Tremblay
envoyé par fifi



Dans cet univers de pierre
Où tout invite à l’élévation
Surgit la blanche, palpitante
Promesse de jeunesse ;
Un élan fervent de prière
Un droit salut vers la vie
unissent la pierre millénaire
à l’horizon qui sourit.

Maïté Aliénor 



 Toute âme qui s' élève élève le monde 
Gandhi
envoyé par Mathilde


23 août 2013

petites fleurs...


Si les fleurs
Qui bordent les chemins
Se fanaient toutes demain
Je garderais au cœur


Celle qui
S'allumait dans tes yeux
Lorsque je t'aimais tant
Au pays merveilleux
De nos seize printemps
Petite fleur d'amour
Tu fleuriras toujours
Pour moi

Quand la vie
Par moment me trahit
Tu restes mon bonheur
Petite fleur

Sur mes vingt ans
Je m'arrête un moment
Pour respirer
Ce parfum que j'ai tant aimé

Dans mon cœur
Tu fleuriras toujours
Au grand jardin d'amour
Petite fleur...

{Break}

Dans mon cœur
Tu fleuriras toujours
Au grand jardin d'amour
Petite fleur...

Fernand Bonifay






Fleurs de Mec-à-dames
Fleurs bleues dans l'âme
Ciseleuses de la rue
Fées clochettes ingénues....
Oublier la grisaille
Attendrir les canailles...


Clochettes à l'écoute
Campanule des trottoirs
Fière et redressée
Garde toujours espoir

Christine


Frêle campanule
qui fais le mur la coquine
l'été te transporte
...........
En clochettes mauves
se dilue l'azur du ciel
le mur s'en étonne
...............................
Campanule fine
lançant au ciel quelques notes
don pour le passant

Miss Yves


Allo le vent ?
Je vous reçois quatre à quatre
Dans mes pavillons cardinalement pointés
Quelle est votre tube de l’été
Pour faire danser
Sur leurs fines gambettes,
Des petites fées
Les bleues clochettes ?

Maïté Aliénor


Etoile de Marie,
étoile du marin,
étoile de Bethléem
ou étoile d'Italie,
petite campanule,
tu nous fais rêver
et nous fais passer
le mur du son ! 

Enitram

19 août 2013

savoir se détendre...



"Dans la vie, le plus sûr des amis,
Le premier à vous accueillir, le premier à vous défendre,
Celui dont le coeur honnête appartient pour toujours à son maître,
Qui travaille, se bat, vit et respire pour lui seul."
George Gordon, Lord Byron


Mon chien est athée, il ne croit plus en moi.
 François Cavanna


une vie de chien :
la manche en attrape-coeur

le chien noir :
braves gens soyez charitables
un p'tit os svp pour remettre mon amie sur pied !
le chien blanc :
à vot'bon coeur je ne tiens plus sur mes pattes !


sentant...ou cent ans?

Sale à faire!!!
Blanche-neige s'est rendormie!
Son beau prince ne veut plus l'embrasser!

Claire Fo 


Bilou sur le dos
En attente des chatouillis
Ya pas d'gêne !

Marine D

17 août 2013

danser...


La femme est une pensée, la plus forte de la nature, mais c'est une pensée dansante
Jacques Prévert


festive-été!!!
Dansez...dans ses petits souliers
Le corps sage dans son plus beau corsage
Ensorcelée...son sort scellé
Cœur à cueillir comme chœur des chants

Claire Fo


Le poète a dit
Pour embellir la vie
La femme est un bouquet

Marine D


Rouge de plaisir
Découpage et repassage
léger cotillon

Miss Yves


 " Un petit verre de vin d' Alsace , c' est comme une robe légère , une fleur de printemps , c' est le rayon de soleil qui vient égayer la vie..."
Christian Dior

envoyé par Mathilde



Le rouge: interview de Michel Pastoureau par Dominique Simonet
envoyé par Miss Yves



Lever le pied
Pour montrer son ourlet
Volent cotillons
Au son des flonflons :
Panty en dentelle
Pour la demoiselle
Jupon ajouré
D’un blanc immaculé
Comme le chemisier brodé ;
Tablier dansant
Et petit nœud d’antan
Vous m’en direz tant !
Jupe rouge en bombasin
Coiffe à grand nœud mutin
Et la cocarde tricolore
Voilà rassemblés tous les trésors !

Maïté Aliénor


Le costume alsacien

envoyé par Maïté Aliénor


14 août 2013

maternité...







Cocon bleuté
Bras si enveloppants
La mère et l'enfant


«L'asile le plus sûr est le sein d'une mère.»
 Jean-Pierre Florian 
envoyé par Denise


Nimbé d'azur
Un moment de tendresse
Rien que toi et moi
Oxygène


Si on devait dessiner l'intelligence,la plus fine fleur de la pensée,on prendrait le visage d'une jeune mère,n'importe laquelle...
Les jeunes mères ont affaire avec l’invisible.
Christian Bobin 
envoyé par La Licorne


Descendu du ciel
par des degrés invisibles
l'azur nous transporte

Miss Yves


"Le bleu: la couleur qui ne fait pas de vagues"

envoyé par Miss Yves


Bleu symbole
la mère et l'enfant
Bleu symbole de l'élévation
de la pureté virginale
Bleu de courbes arrondies
sur l'enfant resplendit
Bleues les lignes de la tente
dans ce paysage céleste
où Chagall s'adosse
et prend appui. 

Maïté Aliénor


12 août 2013

les dessous...













Il est pas mal
Le mâle
Mais a t-il seulement
des idées folkloriques ?
Sûr aimant
Sûr aimant !


Des dessous qui laissent voir
Mille choses blanches et roses
Dans un frou-frou de satin, de linon
Sous ma guêpière et mes longs jupons

Quelle joie pour un amant
D'écarter lentement ces embûches
Ces fanfreluches, noeuds, lacets, rubans
Pompons, et la guêpière et les longs jupons

chanté par Yvette Giraud
(paroles de Jacques Plante)


envoyé par Tilia


Semaine du blanc
Fête du rouge et du noir
percale et linon

Miss Yves

9 août 2013

tout à coup...



Voir et écouter Pierre Fraenkel sur Arte:

c'est ici


et son espace facebook:

ici




ah!l'or !
émoi émoi
fi!fi!

La muse
ment

comme scie
qu'homme tchat

chant de piaf
tout est dit

faux
pas croire

les ânes rient
des sots

la moor
c'est du land art

à l'une rousse
tant plut vieux

jeu voix
pour entendre

chaud pain
pour la faim



Toutakou
Je vois rouge
TuMeDi
DéMoKour
JéMacé
TonDiskour
Kapito
BeLaMi?

Marine Lou 



Je t'ai vu dans ton des-lire!
Oui beau "m'as-tu vue",
Je t'ai jeté un coup d'oeil
Pourvoyeur pour voyeurs!
L'ivre-leurre de mes-sages...
À voir...ou ne pas avoir
été au pied du mur.....

Claire Fo




Toutakou vivait dans la forêt
il ne voyait plus les grands arbres
ni les crocodiles
ni les lionnes furieuses
ni la panthère adroite
ni les singes rigolos
Mais Toutakou
tu me regardes
MOI !!!!!

Enitram


6 août 2013

petit chat..



"Vivre c'est naître lentement.
Il serait un peu trop aisé d'emprunter les âmes toutes faites"
A. de Saint-Exupéry



Tu avais déjà conscience de ton destin.
De la troupe tu t'étais éloignée
les pattes croisées noblement
sur la terre grise.
Et moi, j'aurais voulu savoir
les méandres de ta pensée
mais autant interroger la pluie
sur sa raison d'être ...


Le chat

De sa fourrure blonde et brune
Sort un parfum si doux, qu'un soir
J'en fus embaumé, pour l'avoir
Caressée une fois, rien qu'une.

C'est l'esprit familier du lieu ;
Il juge, il préside, il inspire
Toutes choses dans son empire ;
Peut-être est-il fée, est-il dieu ?

Quand mes yeux, vers ce chat que j'aime
Tirés comme par un aimant,
Se retournent docilement
Et que je regarde en moi-même,

Je vois avec étonnement
Le feu de ses prunelles pâles,
Clairs fanaux, vivantes opales,
Qui me contemplent fixement.
Charles Baudelaire


Poème du chat

Quand on est chat on n’est pas vache
on ne regarde pas passer les trains
en mâchant les pâquerettes avec entrain
on reste derrière ses moustaches
(quand on est chat, on est chat)

Quand on est chat on n’est pas chien
On ne lèche pas les vilains moches
parce qu’ils ont du sucre plein les poches
on ne brûle pas d’amour pour son prochain
(quand on est chat, on n’est pas chien)

On passe l’hiver sur le radiateur
à se chauffer doucement la fourrure

Au printemps on monte sur les toits
pour faire taire les sales oiseaux


On est celui qui s’en va tout seul
et pour qui tous les chemins se valent
(quand on est chat, on est chat)

Jacques Roubaud


Litanie pour mes chats d'autrefois

Minouche, Missette,Minette
Missy, c'est l'amie de Colette

Minouche 1, Minouche 2, Minouche 3
Dynastie de mes chats , mes rois

Aniouchka, Minouchka, c'est quoi, cha ?
"la deux chevaux", surnom pour un pauvre chaton
Que n'a pas sauvé le biberon

Cendrine, Zibeline,période grise, c'est nouveau
Comme qui dirait rose ou bleue pour Picasso

Hannibal, dit "Babal"
Sauvage et noir, sauvé d'un soupirail
Et qui pourtant avec Eliott cohabita
S'accordèrent pourtant bien mieux que chien et chat

Et à la mort de mon Toutou,
Noir et blanc, mon gentil Cachou

C'est Tout.
Miss Yves


Pattes croisées c’est d’un chic !
Ça fait très collet-monté !
Chez nous le hic
C’est qu’on ne se laisse jamais aller !
On écoute la conversation
On joue au penseur philosophe
Venez donc à la maison
A l’heure des croquettes ou du kougloff !

Maïté Aliénor



5 août 2013

papillon...





Cuivré fatigué
Sur tanaisie se repose
Instant suspendu


La pauvre fleur disait au papillon céleste

La pauvre fleur disait au papillon céleste :
- Ne fuis pas !
Vois comme nos destins sont différents. Je reste,
Tu t'en vas !

Pourtant nous nous aimons, nous vivons sans les hommes
Et loin d'eux,
Et nous nous ressemblons, et l'on dit que nous sommes
Fleurs tous deux !

Mais, hélas ! l'air t'emporte et la terre m'enchaîne.
Sort cruel !
Je voudrais embaumer ton vol de mon haleine
Dans le ciel !

Mais non, tu vas trop loin ! - Parmi des fleurs sans nombre
Vous fuyez,
Et moi je reste seule à voir tourner mon ombre
A mes pieds.

Tu fuis, puis tu reviens ; puis tu t'en vas encore
Luire ailleurs.
Aussi me trouves-tu toujours à chaque aurore
Toute en pleurs !

Oh ! pour que notre amour coule des jours fidèles,
Ô mon roi,
Prends comme moi racine, ou donne-moi des ailes
Comme à toi !
Victor Hugo


papillon cuivré
au fil joli à Fifi
un instant stoppé


Joli papillon
voltigeant sur les fleurs
Joli papillon
connais-tu ton bonheur ?


Papillon de bronze
inconscient dans la lumière
Flore en or se change 

Miss Yves


Le papillon

Naître avec le printemps, mourir avec les roses,
Sur l’aile du zéphyr nager dans un ciel pur,
Balancé sur le sein des fleurs à peine écloses,
S’enivrer de parfums, de lumière et d’azur,
Secouant, jeune encor, la poudre de ses ailes,
S’envoler comme un souffle aux voûtes éternelles,
Voilà du papillon le destin enchanté!
Il ressemble au désir, qui jamais ne se pose,
Et sans se satisfaire, effleurant toute chose,
Retourne enfin au ciel chercher la volupté!

Alphonse de LAMARTINE
"Nouvelles méditations poétiques"

envoyé par Miss Yves


1 août 2013

moissonner...



Ciel bleu
Nuages blancs/gris
Et nuages Gris/blancs,
Arbres, collinette,
Clocher au loin
Herbe verte
A faire du foin,
Très beau décor
Pour du chaume
Et des roundballers d'or.
Claude 


nous n'irons plus flâner
les coquelicots sont fauchés

les blés sont moissonnés
les silos plein de grains
la paille enroulée
le champ à l'éteule livré

chant de nostalgie
le tire-lire de l'alouette
éveille le souvenir
des travaux et des jours
des étés d'autrefois
les moissonneurs s'endorment
au tableau de Van Gogh
à l'ombre des gerbes en meule

nous n'irons plus flâner
les coquelicots sont fauchés 

Amichel



Les meules de foin

Tout le sol tondu ras des solitudes plates
Dans un indéfini recul, toujours plus loin,
S'étale montueux de ses meules de foin
Où saigne le soleil croulé qui se dilate.

Solennelle, pompeuse, avec la nuit qui poind,
D'un morne extasié, leur masse rouge éclate,
Puis, blêmissant, devient l'horizon spectre, et joint
La ligne des cieux blancs de sa cime écarlate.

Stagnant dans l'air croupi, ces meules en sommeil,
Lentement, goutte à goutte, ont tari le soleil
De ses pourpres de sang dont la dernière est bue.

Maintenant, la hideuse et moite obscurité
Comble, débosse, fond, brouille l'immensité
Qui bâille l'ombre informe où s'engloutit la vue.
Maurice Rollinat

envoyé par Denise


Autrefois cubiques
tout en rondeur aujourd'hui
déroulant le temps

Miss Yves 


Les meules de foin
depuis Van Gogh et Monet
se voient d'un oeil neuf
.........................
Les meules de foin
depuis Monet ou Van Gogh
fête pour les yeux
.............................
Moisson de lumière
depuis Van Gogh et Monet
mirage des meules
........................
Foin des durs travaux
roundballers dans la lumière
posent pour Fifi

Miss Yves


Enroulements et tangage des vallons,
le ciel sur la scène des moissons
accroche ses nuages à l'horizon
pour peindre l'été bleu gris et blond.

Maïté Aliénor


Deux amoureux batifolent ... :

_ Viens ici que je te moissonne !
_Quel ballot çui-là ! ;(

Véronica 

 

Archives du blog